Parcourir l’Amérique latine à vélo

Le 2 décembre 2012, Roberto Ambrosio Filho est parti d’Araraquara, dans l’intérieur de São Paulo, à environ 280 km de la capitale, avec l’intention de parcourir à vélo 17 pays d’Amérique latine. Il avait 24 ans. Dans une interview exclusive pour le portail Namu, le photographe révèle que depuis son enfance il rêvait de parcourir le monde à vélo, commente son séjour en Bolivie et raconte les avantages de voyager avec ce moyen de transport. Il a découvert la beauté d’un voyage à vélo, comme si c’était un secret que la vie gardait.

Pourquoi a-il décidé de traverser l’Amérique latine à vélo ?

Le rêve existe depuis l’enfance, quand il voyait son père faire des petits voyages à vélo, quelque chose comme 500 km en 3 ou 4 jours, ça le touchait. Il a, toujours, pensé que c’était une chose incroyable de quitter une ville et d’en rejoindre une autre en pédalant.

Les choses ont changé lorsque mon père a gagné le livre d’un type qui a fait le tour du monde à vélo en trois ans et demi ! Cela, oui, a touché mon cœur d’une telle manière qu’il n’était plus possible d’arrêter de rêver à cette idée chaque jour.

Il s’est mis en tête qu’il ferait un voyage de plusieurs années, à travers plusieurs pays.

C’est son premier voyage à vélo ?

Non, il a commencé par un voyage de deux mois avec un ami le long de la côte du Nordeste brésilien. Il y a eu sept États et une multitude d’expériences qui ont rendu ce rêve encore plus grand. Il a découvert la beauté d’un voyage à vélo, comme s’il s’agissait d’un secret que la vie attendait le bon moment pour me le présenter. C’est au cours de ce voyage qu’il a découvert la meilleure façon de voir le monde, car c’est à vélo que l’on peut rencontrer les gens, que l’on peut entrer de plain-pied dans les cultures infinies que recèle ce monde. Le vélo ouvre de nombreuses portes.

Quelle est sa relation avec les personnes qu’il rencontre en cours de route ?

Les personnes les plus simples sont celles qui vous donnent tout ce qu’elles ont : maison, nourriture et affection. Il a vécu des moments très excitants, en dormant chez des personnes merveilleuses, qui en moins d’une heure ont, déjà, une intimité avec vous au point de vous accueillir chez elles et de vous traiter comme un ami proche. C’est incroyable le contact que procure le vélo, parce que nous voyageons sans fenêtre, la poitrine ouverte, en sentant tout, en entendant les gens vous crier bonjour, en profitant d’un contact très proche avec soi-même. Ce qui ne manque pas dans un voyage comme celui-ci, c’est le temps de réfléchir !

Comment s’est passée son expérience en Bolivie ? Qu’est-ce qui est différent dans ce lieu ?

La Bolivie est un pays aux paysages les plus impressionnants qu’il a jamais vus. Le Salar de Uyuni, par exemple, est un désert de sel. On a l’impression de marcher sur une autre planète, quelque chose d’unique. C’est une culture forte, avec des traditions incas, portée par un peuple travailleur, très simple, guerrier et respectable. Il respecte beaucoup le peuple bolivien, qui, dans certaines régions, vit dans des conditions extrêmes de froid et de sécheresse, avec peu de structures, peu d’eau, mais qui travaille, toujours, avec le sourire.

Les 20 jours qu’il a passés à vélo là-bas ont été riches d’enseignements. Il pourrait accorder encore plus de valeur à tout ce qu’il a , à tout ce qu’il mange, à chaque bain d’eau chaude et à bien d’autres choses qui passent, parfois, inaperçues dans notre quotidien, mais qui, au fond, ont beaucoup de valeur.

Il a été dans des petits villages perdus au milieu du désert, où seulement 40 personnes vivent dans des maisons en terre, sans salle de bain, avec peu d’eau et peu de nourriture, des choses qui lui ont fait voir une réalité d’une simplicité impressionnante et apprécier toute cette intendance qu’il a. Le luxe d’une salle de bain, un lit moelleux, une assiette de nourriture préparée facilement, n’importe quel endroit où il y a une cuisine, un évier, un réfrigérateur. Des choses que peu de gens ont, aussi incroyable que cela puisse paraître.

Que signifie ce voyage pour lui ?

Pour lui, ce voyage signifie une grande évolution spirituelle et une façon de valoriser et de remercier chaque jour la vie qu’il a, la nourriture qu’il mange, les relations familiales, les amitiés et beaucoup d’autres choses si simples et merveilleuses. Sentir sur notre peau la simplicité de ces personnes, et quand il parle de simplicité il ne parle pas de pauvreté, car il pense que cette simplicité est la plus grande richesse qu’un être humain puisse avoir, nous fait repenser nos valeurs, nous fait voir combien nos vies peuvent être avares lorsque notre seule préoccupation est la richesse matérielle.

Être en contact avec cette réalité remplit mon cœur d’amour pour la vie, pour l’existence, pour l’être humain, qui est si merveilleux et généreux.